Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesecritsdejplduvar.fr
Rock-classique,Folk,critiques musicales,écrits,poésie ,fantastique..Parfois mes états d'âme,VTT,Voyage,Honnelles(mon village-Belgique),Plan d'Aups Sainte-Baume

l'"hôpital psychiatrique abandonné" chapitre 23

JPL du Var #Fantastique

L'Hôpital psychiatrique abandonné" chapitre 23

-----------------------------------------------------

-"Le diable, le découpeur"....

Une voix unanime avait hurlé son dégoût et sa peur.

-"Allez, vite, on fout l'camp d'ici !! Tout ça est ignoble et terrifiant.

On a plus rien à faire. Aux autres à faire ce qu'il faut....-"

Mais Ana, continuant sa mission, ensanglanta son appareil photo.

Et très vite, on referma ce rideau brun.

-"Au fait, ce cher docteur, il s'est enfui par cette porte au fond"-

Fit remarquer Sami Il partit interroger cette porte...

Mais cette porte mystérieuse ne répondit pas.Elle était fermement close.

-" Cette porte, je l'ai ouverte tout à l'heure, par curiosité.

Il fait très sombre derrière. Il y a des escaliers irréguliers et sales.

Au fond de ce noir très opaque, en bas de ces escaliers bizarres,

J'ai deviné un couloir, un genre de galerie. Il y a des caves !"-

Remarqua un soldat anxieux.

Simon, le soldat, se rapprocha lentement du rideau,

Celui des jambes pendues. Il remarque qu'elles étaient encore "tièdes"

La peau en bon état. Visiblement, on avait soigné le "découpage".

Et cette "opération" avait eu lieu très récemment...

Qui étaient ces bouchers, et les victimes, tant de victimes ?

Et le reste des corps ? Sans doute dans d'autres "chambres"...

En tout cas, les tortionnaires avaient agi il n'y a pas longtemps !

Vraisemblablement, ils n'étaient pas loin d'eux..

Simon se précipita avec angoisse vers leur porte d'entée...

Un grand "ouf" résonna ! Elle n'était pas bloquée, et eux, pas enfermés.

De bonne volonté, leur porte les autorisa à sortir de cet endroit..

Vite, tous dehors, dans le couloir, ils quittèrent ce lieu nauséabond.

Et la porte se referma toute seule, complètement, à clef..

Tous ? Pas tout à fait : le docteur avait disparu dans les ténèbres.

Mais tous semblaient soulagés  de ce départ mystérieusement étrange.

Dans le couloir, il restait des portes à ouvrir, des pièces à explorer !!

-"on en a assez vu. Une autre chambre avec des bras, ou des tètes ?

Et les restes de tous ces malheureux ! Et quoi d'autre encore ?

Assez, c'est fini pour nous. Ce n'est plus de notre compétence."-

Sami était affaibli par le supplice de sa Petra, et tout le reste ensuite.

Enfin, ce troublant docteur avait disparu. Et les corbeaux aussi..

"J'en ai marre ! J'en ai assez. Je n'en peux plus"-

S'écria Maddy après ètre rentrée ,malgré tout, dans la pièce suivante.

Une pièce, chambre très propre, avec un lit et quelqu'un dedans.

Il devait dormir ! Enfin quelqu'un de vivant ici !!

Elle s'approcha de ce lit habité pour faire connaissance.

Après avoir soulevé les draps, elle hurla si fort que le village avait entendu !

Dans le lit, il y avait une tète toute seule, coupée,

Prolongée par des choses qui voulaient ressembler à un corps...

Maintenant, elle ne savait plus maîtriser ses réactions et son dégoût !

Ces individus semblaient être là, à les précéder et suivre  cachés dans leur invisibilité.

Tous les autres étaient arrivés au point de rupture !

-" Je suis une maman, en bon état. Et je tiens à sortir en un seul morceau !"-

Ils coururent très vite vers la grande pièce, avec la grande porte.

Maddy affolée se précipita vers la grande porte.

-"Maddy, attention, ne touche pas à cette porte. Les corbeaux sont revenus !

Mais, il fallait sortir, et elle n'écoutait plus personne.

La porte était fermée. Elle la secoua...Et ils se précipitèrent.

 Maddy , se retournant, fit cracher sa mitraillette, sans aucun résultat.

Elle disparut sous cette masse noire en criant...

Les corbeaux obéîssaient aux ordres reçus avec acharnement.

Ils partirent, abandonnant leur proie, dont il ne restait pas grand chose.

Des membres étalés, un corps défiguré, déchiqueté...

Les autres loin derrière, étaient paralysés, vidés de tout, inertes.

A côté du cadavre, il y avait une couverture brune...

Sans doute, abandonnée par les corbeaux. Peut'être ?

Le soldat Simon se détacha, s'approcha de sa collègue,.

Il lui rendit un hommage , un adieu militaire. Et recouvrit son corps de brun.

Simon était un soldat très fort, il se retourna et d'une voix atone dit :

-" Et maintenant ! Comment allons nous sortir de cette prison "-

A suivre...

 

l'"hôpital psychiatrique abandonné" chapitre 23
l'"hôpital psychiatrique abandonné" chapitre 23
l'"hôpital psychiatrique abandonné" chapitre 23
l'"hôpital psychiatrique abandonné" chapitre 23
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Thaddée 28/02/2020 16:29

Ils ont encore le courage d'entrer dans d'autres pièces ? Moi j'aurais pris mes jambes à mon cou depuis longtemps ;-). Un gros bisou Jean-Pierre et pour tous les trois un bon week-end, ça sent le printemps !

JPL du Var 29/02/2020 10:28

Ils n'auront plus tant de courage..Tout va prendre une autre tournure, avec un gros "boum" ! Très bon WE pour toi et ta petite compagnie...Ici, le printemps a encore une autre odeur !! Maintenant, je suis ^lus dans mes critiques musicales (pour la revue !). Je t'embrase, à bientôt..

RSS Contact