Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesecritsdejplduvar.fr
Rock-classique,Folk,critiques musicales,écrits,poésie ,fantastique..Parfois mes états d'âme,VTT,Voyage,Honnelles(mon village-Belgique),Plan d'Aups Sainte-Baume

"L'HOPITAL PSYCHIATRIQUE ABANDONNE" CHAPITRE 15

JPL du Var #Terreur

"L'Hôpital psychiatrique abandonné " Chapitre 15

-------------------------------------------------------

Samir, bousculant Ana, était rentré dans la pièce...

Un instant il fut étouffé par le silence. Et il sortit le cri !

Ses compagnons de route, rentrés, en sortirent un aussi, mais moins fort.

L'endroit était presque propre. Il y avait des taches rouges partout.

Contre le mur du fond, reposait un corps pendu par les pieds, celui de Petra.

En dessous, une table avec un petit bassin qui recueillait tout le le sang

Dégoulinant de ce corps en partie dénudé. Des petits ruisseaux rouges.

Le corps n'avait plus de tête.Elle était déposée à,côté.

Tout près, sur la petite table. Les yeux étaient  grand ouverts.

Ils les regardaient fixement, douloureusement, criant "adieu".

Elle avait ètè coupée, arrachée du corps de la malheureuse Petra.

Samir était secoué par des mouvements et des tremblements incontrolables.

Les autres restaient debout, paralysés, les yeux fixés sur l'horreur.

Soudain Samir bondit et s'empara d'un révolver.

Il commença à tirer dans tous les sens,

Surtout sur un corbeau qui hantait encore le couloir.

Touché, il disparut dans un grand cri , avec l'odeur.

Arteux et Artun maîtrisèrent Samir devenu fou de douleur.

Les autres étaient écoeurés, dégoûtés, prêts à vomir.

Plus personne ne bougeait ! On se regardait hagards et incompréhension.

Au village, les coups de feu avaient engendrés des tas de questions.

- Qu'est-ce que..., quoi, que va t'on faire ? Mais parlez bon sang.

C'était l'inspecteur, pourtant habitué à des spectacles morbides,

Qui avait sorti cette expression un peu mal venue.....!!

Mais il retrouva plus vite que les autres , la faculté de réfléchir.

- Ceux qui le peuvent viennent avec moi près du corps de Petra.

Il y a des couvertures là ,bas, dans ce coin. Détachons cette malheureuse.

On recouvrira son corps avec sa tète , bien posés sur le sol.-

Artun monta sur un objet bizarre, et décrocha les pieds de Pètra.

Samir restait paralysé et maîtrisé par les autres.

Mais quand Artun saisit la tète,Samir hurla

-Donnez la moi. C'est moi qui vais la remettre pour ma Petra.-

Personne ne put l'empêcher. Ses larmes coulaient de plus en plus

Et se mélangeaient aux nombreuses taches de sang.

Il prit les couvertures et et recouvrit le corps de son amie.

Ensuite, il se mit à genoux,pleurant, priant en bredouillant.

Ana le releva avec beaucoup de douceur et compassion.

-Allez, il faut quitter ces lieux devenus la tombe de Petra.-

Tous se rapprochèrent se rapprochèrent de la porte restée ouverte.

-Mais on ne peut pas l'abandonner là, comme ça !!-

-Samir, il est impossible de la transporter avec nous.

Plus tard, quand on sera sorti d'ici, on reviendra avec sa dernière maison.-

Ana avait parlé, et Samir sortit le dernier de sa chambre..

Il regarda encore longtemps avec ses larmes, le corps recouvert.

Et il sortit en claquant cette porte maudite derrière lui.

Maintenant, c'était la rage, la haine qui prenaient le pas sur tout le reste.

Repartis, ils ouvraient machinalement les autres portes.

-Bon ! Maintenant, nous savons que nous ne sommes pas seuls ici.

Il y a dans cet hôpital de fou, des crapules tortionnaires

Et tous ces corbeaux qui nous narguent et nous espionnent.

Nous devons toujours rester ensemble.Personne ne doit rester seul...!

Samir et Artun complètèrent le sermon d'Ana :

-Et on tire sur tout ce qui bouge, corbeaux y compris...-

- J'ai plus envie de continuer dans ici.-

-Ah non Marie § Tu as voulu venir avec nous !

Nous ne te laisserons pas retourner seule. Il y a eu assez de sang.-

Placide et calme jusqu'ici , l'inspecteur ajouta :

- N'oubliez pas que nous avons, sans doute contre nous,

Un gangster épouvantable, que nous appelons "le découpeur".

Et qu'il ne "travaille" jamais seul...-

Le "Découpeur", Ce mot faisait froid dans le dos.

Ils pensèrent tous aux traitements infligés à la malheureuse Petra.

 

A SUIVRE

"L'HOPITAL PSYCHIATRIQUE ABANDONNE"  CHAPITRE 15
"L'HOPITAL PSYCHIATRIQUE ABANDONNE"  CHAPITRE 15
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Thaddée 07/03/2019 08:40

Bon sang ;-) on nage dans l'horreur. Je croirais voir un film, c'est vraiment prenant. Bon, j'espère qu'ils ne vont pas tous mourir les uns après les autres les pauvres. Tu nous tiens en haleine Jean-Pierre ! Je te souhaite une bonne journée loin de l'hôpital psychiatrique peuplé de corbeaux et de découpeurs et caresse à Frisquette !

JPL du Var 07/03/2019 09:40

On nagera encore !!! Mais il en restera , au moins, un (ou une !!!). Et pour moi, loin de l'hôpital tout court ! Heureusement que j'ai une bonne "secrétaire". Et je ne me suis pas encore remis du décés de Maman.....A bientôt, pour la suite, grosses bises de Belgique. (il me reste quelques fôtes d'orttograf à cauriger!!!) Je n'ai jamais été un cador de l'orthographe !!)

RSS Contact