Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.lesecritsdejplduvar.fr
Rock-classique,Folk,critiques musicales,écrits,poésie ,fantastique..Parfois mes états d'âme,VTT,Voyage,Honnelles(mon village-Belgique),Plan d'Aups Sainte-Baume

"Cinq sous pour Noël"" Chapitre 3

JPL du Var #Conte

"Cinq sous pour Noël" Chapitre 3

___________________________

Au retour dans leur petite maison,

La famille commença les préparatifs pour aller le soir.

Les habits, plus neufs, mais les habits pour les fêtes..

-Dis, papa, c'est quand le Minuit qu'on attend ?

Il regarda sa petite montre et la grande horloge,

Dont les petites et les grandes aiguilles n'étaient jamais d'accord.

-C'est quand je le dirai.On partira à la vieille église..

Quand l'horloge et la montre donnèrent le signal...

-Francinette, ma Petite, c'est maintenant qu'on s'en va.

La vieille église s'était installée au bout, à la sortie du village.

La famille marcha bien beaucoup. C'était assez loin.

Dans l'ombre d'un lampadaire fatigué,elle se montra, enfin.

Avec des vieux vitraux qui laissaient passer l'extérieur.

-Voilà où c'est qu'elle est. On entre par où ? Se demandait le papa..

La porte pour l'entrée se cachait sur le côté. Ce n'était pas une grande porte

-On rentre ? murmura tout bas Francinette.

Marcellin ne dit rien. Il serra une imposante poignée.

Dans le vieux bâtiment, ils découvrirent un autre monde.

Une lumière se battait avec des ombres, qui planaient....

Sur toutes les chaises, bien rangées, il y avait des gens en noir.

Mais il restait, en face d'eux, quatre chaises sans personne.

-C'est qui tous ces gens dans l'église ? On les a jamais vus..

Tiens, il reste quatre chaises libres. Peut'être pour nous ?

On s'assied. Je prends la chaise du bout d'ici.

Marcellin avait dit ce qu'il fallait faire.

Et, il restait encore une chaise sans personne, à côté.

La Messe de la nuit commença avec le prêtre, avec des enfants.

Marcellin et Francinette ne savaient pas bien ce qu'on devait faire.

Le prêtre parlait beaucoup. Des choses sur la Naissance.

-Tiens, on va encore nous demander des sous !

Marcellin avait vu le monsieur qui avançait avec un petit panier.

-Monsieur, cinq sous, s'il vous plait. C'est pour la Noël.

Marcellin ouvrit son porte monnaie, avec un sourire un peu forcé.

Il déposa les cinq sous dans le panier du monsieur.

-Merci monsieur. Le Bon Dieu vous le rendra.

Tous les gens en noir, dans l'église, se levèrent..

Marcellin, Francinette et la petite se levèrent comme les autres.

Il y avait des lumières et la musique d'un silence mélodieux.

La petite famille regardait tout, et écoutait ce qu'on disait

C'était comme des chansons, avec des mots d'une autre langue.

Tous les gens commencèrent à avancer vers le prêtre..

Ils ne savaient pas, mais ils suivirent les autres.

Arrivés devant le prêtre, il leur fit un petit signe gentil.

-Bienvenue dans cette église, qui est notre maison. Et la vôtre.

Que le Bon Dieu soie avec vous. Il vous aime et vous attend.

Etonnés par ces mots étranges, ils retournèrent à leur chaise.

-Regarde papa. Le monsieur sur la chaise, à côté de nous !

Sur la quatrième chaise, il y avait le monsieur en blanc !

Il ne disait rien. Il ne les regardait pas..

Le prêtre devait avoir dit que la Messe était finie..

En effet, tous les hommes en noir se levaient et partaient.

Le prêtre était retourné dans son chez lui de l'église.

Bientôt, ils restèrent tout seuls dans l'église, sans oser bouger.

La jolie crèche envoyait tout plein d'étoiles...

Le monsieur en blanc, qui était resté, se leva de sa chaise.,

Et il commença à leur parler, avec sa voix si douce.

-Le Bon Dieu vous l'a rendu maintenant...

Marcellin et Francinette ne comprenaient pas beaucoup.

-Mais quoi, monsieur ?Et vous êtes qui ici ?

Vous connaissez le Bon Dieu ?

Les pensées de Francinette se perdaient et se bloquaient,

Surtout sur les mots "Le Bon Dieu vous l'a rendu !"

-Je suis de la grande Famille. Mais je ne suis Personne.

Il était venu chez nous, mais il vous a été rendu.

Il vous attend derrière la porte de l'église.

Ce fut Francinette  qui prit la poignée pour ouvrir.

Avant, elle se retourna. Le monsieur en blanc avait disparu.

Elle ouvrit enfin cette porte, avec des angoisses.

Alors, elle cria des gémissements de surprise et de joie.

Marcellin était devenu blanc, et la soutenait.

La petite  ne comprenait pas bien qui c'était, là devant....

-Toi, toi !! C'est pas vrai que c'est pas possible.

Toi, notre Jipé à nous qui était devenu mort.....

Elle sauta sur le jeune homme devant et serra de plus en plus fort.

-Attention maman. Tu vas m'étouffer...

Marcellin ouvrit ses bras tout en grand et essaya aussi.

La petite regardait tout ça et ne comprenait toujours pas.

-Jipé, Jipé, tu es là. Tu n'es pas mort, tu es revenu !

-Mais non, je n'étais pas mort ! J'étais sorti de votre monde,

Avec les gens qui étaient dans l'église, et qui sont des moines.

- Tu étais devenu moine et tu es parti.. Et nous on ne savait pas !

Et maintenant tu ne l'es plus ?

- Je ne pouvais rien vous dire. Je devais disparaître de la maison.

Mais le Bon Dieu et les autres moines voyaient et avaient compris

Qu'il y avait des gens très malheureux, à cause de moi.

Et que moi, je devenais aussi malheureux....

Ils décidèrent de vous voir et vous parler, avant le jour de Noël.

Ils voulaient savoir si vous étiez bons, comme ils voulaient.

Le banc était bien placé sur la promenade de la petite famille.

Chaque jour, un monsieur der chez eux, allait se mettre sur le banc,

Comme un pauvre. Et demander cinq sous.

Ils étaient bons et gentils, comme ils l'espéraient...

Surtout la petite fille, qui avait un si bon coeur,

Et que Jipé ne connaissait pas encore avec sa famille.

Le Bon Dieu avec ses moines étaient satisfaits.

Ils autorisèrent Jipé à quitter leur grande maison.

Il pourrait partir le jour de Noël, après les promenades de sa famille..

-Tiens papa, un monsieur blanc m'a dit de te donner ça.

Il déposa une petite pochette dans la main de son papa..

-Qu'est-ce que c'est ? Tu sais ? C'est pour moi?

Dans la pochette, il y avait quinze sous.....

FIN (définitive)

 

 

"Cinq sous pour Noël"" Chapitre 3
"Cinq sous pour Noël"" Chapitre 3
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

biker06 04/12/2017 08:02

Salut JPL. J'espere que tu vas bien ?
@+

Laret-Delattre 04/12/2017 10:14

Oh oui, merci...Quelques problèmes dorsaux dont je vais m'occuper ! A part ça, la forme, en attendant cette superbe période....A bientôt.

Nell 01/12/2017 14:56

Quel beau cadeau de Noël, Jean-Pierre. Tu vas faire pleurer dans les chaumières, toi. Bisous et tiens-toi au chaud car je crois que tu as de l neige, non?

Laret-Delattre 02/12/2017 10:01

Un grand merci..C'est un cadeau qui, en principe, devait sortir pour Noël 2017....Je viens de le terminer !!Il Il fait très froid, il gèle, mais pas de neige ici....pour l'instant. Toutes et tous au chaud , dans les chaumières. Grosses bises et bonne journée.

Thaddée 01/12/2017 14:22

Rhâââ ... ce que tu écris bien. La grande et la petite aiguilles qui ne sont jamais d'accord ... Les vieux vitraux qui laissent passer l'extérieur ... tellement simple, mais il fallait le trouver, et c'est tellement vrai en même temps que tellement imagé. Et cette résurrection miraculeuse, ou plutôt cette réapparition d'un membre de la famille, un si beau cadeau de Noël. Les voilà tous bien récompensés de leur générosité ! bravo et merci jean-Pierre, un très beau conte de Noël, nous sommes gâtés cette année. Gros bisou, bon week-end et à bientôt.

Laret-Delattre 02/12/2017 09:57

Je ne sais quoi te répondre, sinon que je suis rouge de confusion...Un immense merci pour ton éloge ! Cette façon d'écrire, je l'ai, maintenant, définitivement adoptée...Elle me convient ! En fait, tu sais que ce compte (la première partie) avait été commencé il y a longtemps, pour la période de Noël précédente...A cause de ma légendaire paresse, je ne l'avais jamais terminé...J' ai écrit ce troisième chapitre , il y a quelques jours, pour la Noël 2018 !! Encore merci. Cela me fait plaisir qu'il t'aie plu à ce point...Bon samedi, grosses bises et caresses aux compagnons

RSS Contact